Midelt-Goulmina

iti 02-2626 février 2020, 200 km
Au programme :

Nous partons à la rencontre des magnifiques gorges du Ziz et nous profitons en arrivant d’un point de vue splendide sur l’oasis de Ghéris et son immense palmeraie. Nuit en camping

Le récit de la journée :

Nous partons vers 9h pour cette matinée de route sans problème. Enfin si, peut-être un problème qui nous a d’ailleurs empêchés de partir plus tard, vous nous connaissez, pas du tout rapides le matin (et pas trop le soir). On nous a annoncé qu’un gros convoi militaire prendrait « notre » route ce matin vers 9h30 pour amener des renforts de troupes sur la frontière algérienne afin d’empêcher le corona virus de passer ; ça nous a un peu rappelé une histoire française au moment du nuage de Tchernobyl, mais bon, l’idée de se traîner derrière un convoi militaire nous a sortis du lit. Finalement, nous n’avons rien vu, ce qui veut seulement dire que nous avons bien fait de nous lever tôt (Sarko, si tu nous lit …).

Après un caprice du GPS qui refusait catégoriquement de nous laisser sortir de Midelt par le Sud-Est (bilan +250 km !), caprice auquel nous avons, bien sûr, refusé de céder, après donc cette difficile négociation, nous prenons la N13, assez belle route, pas très large mais en bon état, avec des paysages semi-désertiques tout à fait somptueux pour franchir le Haut Atlas par un col à plus de 1900m et des températures qui ont plongé à 6° à 10h du matin. Dans les villages traversés, les cigognes sont souvent présentes, notamment au dessus du minaret de la mosquée.

Passé le tunnel du Légionnaire, nous découvrons les gorges du Ziz (attention à la faute de frappe), puis un beau lac de barrage, avant de plonger sur la palmeraie de Goulmina où nous arrivons à la sortie des classes.

L’après-midi est consacré à … rien. Vraiment libre. Papotages, pétanque, mises à jour, sauvegardes, rotation de têtes de paraboles (non, ce n’est pas un nouveau sport, mais un geste technique un peu délicat à faire quand on va un peu loin au Sud), sieste, puis thé, puis briefing, puis apéro, voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

Et demain ?

Cette journée sera consacrée à la découverte de la palmeraie et la visite d’un vieux ksar, en cours de restauration, où les rues en partie couvertes sont typiquement sahariennes.

 

Cet article, publié dans Maroc, voyage, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s