Après le retour

Le voyage est fini, pour nous. Nous tenons à remercier chaleureusement beaucoup de monde : tous nos hôtes chinois qu’il serait trop long d’énumérer ici, mais au premier rang desquels il faut quand même citer Mme Wu (et son équipe), organisatrice principale et Philippe Yao, qui a veillé sur notre confort et traduit tous nos désirs. Nous n’oublierons pas non plus nos partenaires de voyage, sympathiques, amicaux (et souvent drôles) et bien sûr Gérard Couté, président de la FFCC qui nous a fait confiance pour participer à cette expérience.

Le voyage est fini pour nous, mais peut-être est-il en train de commencer pour vous.

En effet, nous l’avons dit je crois au début, tout ça avait un but : faire tester un projet de voyage par un échantillon de français afin d’en affiner et valider le programme pour le proposer ensuite dans un cadre commercial aux touristes français et étrangers.

Il est encore trop tôt pour vous dire quand, comment, à quel prix ; tout au long du voyage, nous avons pris des notes, il nous faut maintenant « debriefer » tout ça, tirer les leçons, donner les conseils, faire des suggestions ; il faut laisser un peu de temps à nos amis chinois pour faire des correctifs, proposer des améliorations, régler quelques problèmes, calculer les coûts. Mais ce sont des gens efficaces et rapides ; peut-être une première édition au printemps, à coup sûr à l’automne 2018.

Ce qu’on sait c’est qu’il s’agira d’un voyage « clés en mains » sur 3 semaines, un tour d’environ 2000 km autour de Shangaï en camping-cars chinois suivant de très près ce que nous avons fait, avec plus de visites et plus de temps (50 %!) pour voir, profiter, vivre la Chine (enfin, une toute petite partie!) au fil du chemin.

Évidemment, le contexte sera différent et il ne faudra pas s’attendre à des invitations tous les soirs et des banderoles de bienvenue partout. Mais est-ce cela l’essentiel ? Je crois que ce sera un très beau voyage, tout à fait hors des sentiers battus, une proposition unique que nous vous conseillerons vraiment de suivre.

Bien sûr, ce voyage supposera un budget plus conséquent que 3 semaines en France. Je n’ai pas idée du prix final auquel le voyage sera proposé ; je peux juste dire que nous avons dépensé (pour 2) 1500€ d’avion+visa, 270€ de péage et fuel plus quelques petites dizaines d’euros de nourriture et de souvenirs (plus 26€ de PV!) et 200€ de TGV Poitiers-Roissy (mais tout le monde n’habite pas Poitiers!), soit environ 2000€ assez incompressibles, auxquels s’ajoutera la partie touristique/hébergement/camping-cars. Au bout du compte je ne crois pas qu’on dépasse le coût d’un voyage commercial en Camping-car en Europe, surtout avec la location des camping-cars incluse, on risque même d’être en dessous.

Quant aux camping-cars chinois, je sais que beaucoup se posent des questions à leur sujet. On peut dire en quelques mots qu’ils sont sans doute un peu rustiques pour des personnes habitués aux derniers modèles français ; ils sont contraints par des normes qui ne sont pas les nôtres : pas plus de 5m99, pas d’installation fixe de propane ; ils manquent un peu d’autonomie électrique, leur construction est parfois un peu maladroite, mais ce sont de robustes véhicules agréables à conduire, parfaitement adaptés à un court séjour dans les conditions d’hébergement que nous avons eu (campings) et qui ne pourront que progresser grâce à nos conseils.

Restons en là pour aujourd’hui, nous en reparlerons dès que nous aurons des informations. A bientôt.

Oui, bon, d’accord, quelques images au hasard, sans rapport avec le texte, peut-être déjà montrées, tant pis !

Publié dans Shangaï, voyage | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Shangaï et retour

Levés de bonne heure (6h30) pour affronter cette dure dernière journée. Il faut refaire les valises avec ce qui a été sorti dans le camping-car, envoyer les pages du 12 et du 13 préparées hier soir, mais restées sur le PC pour un dernier souci de connexion, vider le camping-car, les eaux usées, la cassette WC etc … pour partir à 9h direction Shangaï déposer les camping-cars.
Évidemment, ce sera un peu après 9h, car il faut faire des photos !!!
Route sans histoire, 50 km de plongée dans la mégapole. Nous revenons au parking d’où nous étions partis et remontons (hommes, femmes et valises) dans le bus, direction le vieux Shangaï, après avoir dit au revoir à notre ami « Magic » Wang Ning (nous avons enfin trouvé la façon d’écrire correctement son nom !), à la charmante Chen avec qui nous échangeons les adresses FaceBook … Ah oui, il a fallu aussi faire encore quelques dizaines de photos bien sûr !

Il est quasiment midi quand nous arrivons en ville ; la circulation est toujours aussi difficile et l’air aussi laiteux, bien que le mot soit flatteur vu la nature vraisemblable de ce qui occupe la place légitime de l’oxygène. Nous nous rendons dans un « self » à l’échelle des lieux : sur deux étages (au moins, des tables à perte de vue et un comptoir d’une cinquantaine de mètre proposant plusieurs dizaines de mets.

Le dessert sera amer : Philippe nous apprend que l’un de nos véhicules a été pris par la patrouille avant hier pour « non respect de la signalisation au sol » ; and the winner is ??? ben oui, encore nous. Il est vrai que, généralement en queue de groupe, nous avons « fait l’élastique » et attaché moins d’importance à admirer des signes au sol incompréhensibles pour nous qu’à garder le contact visuel avec nos prédécesseurs. Bon, il faut faire une photo de nos permis (le français, le chinois), payer 200 Yuans, soit environ 26€, Mme Wu va arranger ça et éviter des soucis ce soir au contrôle police de l’aéroport, il n’y a pas mort d’homme ! On peut saisir l’occasion de cet incident pour parler de la couverture caméras de la Chine ; il y en a partout, compter une moyenne de 6 à chaque carrefour. Lors d’un Paris-Pékin précédent, un voyageur a laissé tomber son passeport en zone frontière, celui-ci a été ramassé par erreur et sans le regarder par un autre membre ; il a suffit d’expliquer ça aux autorités, qui ont regardé la vidéo et reconstitué l’incident en quelques minutes ! Alors on ne va pas se mettre à contester notre « faute » !!!
Après déjeuner, nous flânons dans les vieilles rues (reconstituées) au milieu d’une foule d’une extrême densité, sans souci de sécurité vu ce qu’on vient de dire, photos, menus achats et nous reprenons le bus pour aller au musée de Shangaï ; très beau bâtiment, très riches collections, notamment les bronzes anciens, paraît il les préférés de Jacques Chirac qui s’y connaissait. On est notamment surpris du nombre d’ustensiles liés au vin datant de près de 4000 ans … Et nous qui croyions avoir inventé le divin breuvage !!! C’est là que Pauline et Simon nous quittent, ils restent encore une semaine !

A 17h, nous reprenons le bus pour une bonne heure de bouchons et nous arrivons au restaurant où Mme Wu, notre organisatrice a tenu à nous offrir notre dernier repas à Shangaï ; mets délicieux soigneusement choisis par Philippe qui commence à bien connaître nos goûts.
Puis c’est encore le bus pour arriver à l’aéroport distant de 35 km où nous ferons les adieux avec Mme Wu. Ce seront alors presque 5 heures de longue attente (en grande partie debout dans les « queues ») du décollage qui a lieu comme prévu à minuit 45 ; une heure plus tard l’équipage nous servira un petit dîner (qu’on pourra oublier …) quand même apprécié parce celui de Mme Wu commence à être lointain. On essaiera ensuite de dormir quelques unes des 12 heures du vol ; vol sans histoire et quasi sans mouvement comme à l’aller ; petit déjeuner à 2h de l’arrivée, bienvenu aussi, puis atterrissage, contrôle, récupération des bagages, dislocation du groupe rapide, chacun a un train à attraper ; pour nous ce sera deux grosses heures de bus jusqu’à Montparnasse, arrivés à temps pour prendre un thé ou chocolat avec un croissant, histoire d’avoir un peu d’énergie jusqu’à Poitiers, puis un TGV à l’heure et la copine Michèle qui nous attend à la gare.
Voilà, c’est la fin du voyage, mais nous n’avons pas fini d’en parler …

20171115_122447

 

 

Publié dans Shangaï, voyage | Laisser un commentaire

Vers la fin

Une bonne nuit et nous voilà partis peu après 9h pour visiter le vieux village de Wuzhen tout proche du camping. Selon Philippe, notre guide, tous ces vieux villages sont des reconstitutions parce que les vrais ont été (un peu vite) détruits. Aujourd’hui on est toujours sidérés de voir un lundi apparemment « normal » qu’à notre arrivée vers 9h30 il y a déjà une bonne dizaine de bus qui ont déversé leurs chargements de touristes chinois, et il continue d’en arriver. C’est donc au milieu d’une foule considérable armée de casquettes jaune et noir (allez La Rochelle!) ou rouge que nous entrons dans le village.

La visite vaut le détour ; je ne sais pas si c’est authentique ou pas, mais c’est très intéressant. Les maisons en bois presque toutes sur le même modèle, au bord de l’eau, comportent souvent une échoppe ou sont consacrées à des chambres d’hôtes et sont le plus souvent habitées. Quelques unes sont regroupées pour héberger des expositions ou reconstitutions thématiques.

Nous quittons le village vers midi pour rejoindre nos camping-cars et déjeuner, avant de prendre le volant en direction du Haiwan Forest Park où nous avions fait notre première étape en camping-car. C’est une courte étape sans histoire et nous arrivons comme prévu peu après 15h. Là, il y a une surprise ; le directeur du camping tient à nous faire voir deux sites du parc ; dans le second, un thé nous est offert pendant que les discussions commencent à devenir un peu officielles et on nous demande de façon pressante le bilan de notre voyage, mais il faudra en attendre la rédaction !

Nous arrivons enfin vers 17h au camping ; nous avons appris que nous étions invités à une cérémonie de fin de voyage suivie d’un repas. Nous découvrons que depuis notre départ, un rideau de fond de scène a été confectionné, avec nos logos et les photos faites le jour de notre passage. Efficace ! En présence de l’adjointe au maire, un mini spectacle présente des artistes amateurs (et pour la plupart retraitées) d’abord dans des danses, puis dans un défilé de mode ; puis les discours se succèdent, notre Président occupe comme d’habitude la place qui lui revient dans ces échanges d’amabilités. Il faut ensuite bien sûr faire quelques centaines de photos (sans compter celles faites au camping précédent le matin). Après quoi, nous sommes libérés vers l’énorme buffet équipé de fourchettes et couteau. La nourriture est excellente, le vin un cabernet sauvignon « product of France » qui ne nous fait pas honte. Nous traînons pas mal à discuter entre nous et avec nos amis chinois, notamment les jeunes membres de l’équipe de Mme Wu qui nous ont cocoonné pendant 2 semaines avec tellement de gentillesse, de bonne humeur et d’efficacité.

Mais il faut regagner les camping-cars, commencer la préparation des valises, écrire ce texte, envoyer celui d’hier … Demain, retour des camping-cars, journée de visite à Shangaï, et encore invités à dîner, on sait pas où ! Il n’y aura pas de blog demain soir, nous prenons l’avion à minuit 45, arrivée Roissy 6h25, Poitiers peu avant midi. Si pas trop crevés, on vous raconte ça mercredi soir donc, sinon jeudi, promis.

Publié dans Shangaï, voyage | Laisser un commentaire

Hangzhou

Pas de route ce matin, la plus grande partie de la journée est consacrée à la visite de Hangzhou. Après le petit déjeuner encore offert par la direction du camping, un bus nous conduit à Lingyin Si, une vallée qui doit être un paradis en été tant elle est fraîche et arborée. Nous sommes dimanche et une foule considérable, joyeuse mais aussi recueillie se presse au long des innombrables statues de différentes formes de Bouddha (on ne va pas faire un cours là-dessus, pas simple …) et dans les temples ; nous admirons tout ça pendant un bon moment, c’est très beau, très varié.
Nous reprenons le bus pour aller voir le « Lac de l’Ouest » élément structurant de la ville ; après une longue promenade dans l’immense parc que constitue ce secteur, nous déjeunons « sur le pouce » avec la spécialité de la ville les Baotsi, sorte de grosse raviole cuite à la vapeur puis passée au four, c’est assez bon, mais manger ça avec des baguettes, compte tenu du jus qu’elle renferme, vous garantit à presque 100 % de vous en coller partout, quand ce n’est pas sur les voisins !
Nous reprenons le bus pour aller visiter le musée de la soie ; malheureusement le chauffeur du bus se trompe (après une 1/2h de trajet dans les bouchons du centre) et il faut refaire encore une (pas) bonne vingtaine de minutes pour arriver au musée, intéressant, richement doté, très beau bâtiment moderne, boutique luxueuse ; c’est vers 15h15 que nous reprenons le bus pour rentrer au camping, mais il nous faudra plus d’une heure et demi à se traîner de feu rouge en bouchon pour arriver à destination. Résultat, nous partons à la nuit tombante pour Wuzhen à 80km ; moment de tension, circulation dense, mais nous arrivons sans encombre à 18h30 pour découvrir la table mise, sans plateau pour une fois, pour un n-ième dîner offert, avec brochettes de mouton, huîtres chaudes, coquilles saint jacques, brochettes de boyaux de canard, etc, etc et même des desserts, plus le vin, et le digestif, on est presque heureux de ne pas avoir de Wifi, on va se coucher, on racontera demain !

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pays mouillé au soleil

Ce matin, il ne pleut plus, ouf. C’est encore tout brouillé, mais la météo promet que ça va s’arranger et elle tiendra ses promesses. Nous prenons un peu de temps pour mieux comprendre de jour ce qu’est cet endroit curieux où nous sommes arrivés de nuit, puis nous nous dépêchons de rejoindre à 180 km Hangzhou où nous arrivons vers midi.

Encore un très beau camping avec de nombreux camping-cars chinois installés ainsi que quelques caravanes. Déjeuner au camping-car, puis départ vers l’écomusée du pays mouillé, une sorte de Marais Poitevin chinois avec en plus des maisons typiques authentiques reconstituées. Nous avons même droit à une balade en barque pendant laquelle nous nous demanderons un bon moment s’il y a un moteur ou pas tellement notre marin semble manier sa godille sans effort ; avis final, pas de moteur, la classe !

Nous rentrons à pied au camping (+ – 2 km) pour tomber dans les préparatifs du dîner offert par la direction. Nous sommes associés à la préparation des ravioles avant de nous mettre à table dehors avec les membres du club de Mme Wu. C’est encore un délicieux dîner, très copieux autour de l’incontournable plateau tournant. Quelques papotages post dînatoires, une petite eau de vie pour se dire bonsoir, et chacun rentre chez soi à 20h, rendez-vous demain pour le départ à 8h30.

 

 

Publié dans Shangaï, voyage | Laisser un commentaire

Journée mouillée

Ce matin, il pleut ; au moins depuis 5h ; quand le train a longuement klaxonné de l‘autre côté du fleuve (me demandez pas lequel, je sais pas ! on verra ça à la maison), et m’a réveillé, j’ai entendu le bruit sur le toit ; petite pluie gentille, 18° dehors ; j’ai pensé aux rallonges que nous avions laissées posées au sol, trous de branchement en l’air … et puis pas eu envie de sortir les mettre dans le bon sens au moins, d’autant que le soir nous coupons totalement l’alimentation du camping-car, parce que sinon il y a deux ventilos qui tournent en permanence et ça m’énerve ma chérie … Alors je me suis rendormi jusqu’au prochain train, 6h50. Et puis finalement quand on s’est levés à 7h, j’ai vu que quelqu’un avait tout soigneusement emballé dans des sacs plastique, ils sont super !

Comme il n’y avait rien de prévu sur le plan touristique aujourd’hui, on a décidé de se faire un plan ravitaillement. On s’est entassés à 10 dans 2 camping-cars pour aller en ville. Aussitôt garés, nous étions devant « Baking Bread , le numéro 1 de la boulangerie », ouahou ! On a fait une razzia de gourmandises ; à 100m de là, une galerie au rez de chaussée conduit à un gros super, presque hyper, situé au 2ème étage, accès par tapis roulant. On a ajusté les stocks pour les quelques jours qui restent, sauf le beurre, introuvable, alors qu’à l’hyper de Shangaï, il y avait du Président (pub gratos) ; mais Madame Wu, notre charmante organisatrice, a entendu dire que peut-être la boulangerie avait ça ; retour dans le temple de la gourmandise ; après des tractations assez longues, nous avons obtenu de belles rations dans une jolie boite.

Retour au parking et départ sous la pluie intermittente. Quelques dizaines de kilomètres d’autoroute, un arrêt interminable (30mn) pour passer un péage, pas beaucoup de monde, mais un contrôle très poussé des camions, plusieurs minutes à chaque fois, vérification de chargement avec prise de photos, on n’a pas tout compris. Nous prenons ensuite une jolie route à 4 puis à 2 voies, belles vues un peu partout (voir hier) pour arriver au lac des Mille Iles. C’est merveilleusement beau, même avec le temps triste que nous avons, pluie et brouillard.

C’est là que ça c’est un peu gâté. Après quelques kilomètres autour du lac, Philippe prend à gauche, sur une toute petite route. Le revêtement béton est excellent, mais les passages souvent étroits. La campagne est magnifique avec des sortes de clémentiniers partout (on est en pleine récolte, il y a des tas immenses et des ventes sur le bord des routes tous les 50m), alternant avec des mûriers pour vers à soie reconnaissables à leurs tiges vidées de leurs feuilles sauf le toupet supérieur. Au bout d’une petite demi-heure de ce chemin, Philippe s’arrête et estime qu’il s’est trompé car la route ne semble pas aller plus loin. Demi tour au chausse pied, redescente sur des œufs.

Nous sommes tout de même arrivés à la nuit noire (17h50) dans un lieu assez indescriptible, une immense serre hébergeant un restaurant, un hôtel, enfin tout, inimaginable ; le dîner offert était excellent, le vin de Mogao aussi, l’accueil comme toujours chaleureux et les plus actifs ont même fait un petit karaoké pour finir la soirée (pendant que d’autres écrivaient ce récit) !

Demain, debout 7h, encore, on vous dira pourquoi.

Publié dans Shangaï, voyage | Laisser un commentaire

Montagnes et campagnes

Aujourd’hui, encore un bon morceau de route, 260 km pour nous conduire à Jingdezhen, capitale mondiale et historique de la porcelaine.

Nous n’avons pas ou peu je crois parlé des paysages, de la campagne autour de nous. Pourtant la célèbre devise que nous avons fait nôtre « le but, c’est le chemin » dit bien l’importance pour nous de ces rencontres avec la nature, l’habitat, l’agriculture, la vie finalement. Ce n’est pas toujours facile à rendre en images, parce que les photos en roulant sont presque toujours mauvaises et nous avons peu de possibilités pour nous arrêter.

En partant ce matin à 8h30, par un temps merveilleux, très ensoleillé, déjà tiède et assez transparent (ce qui est rare), nous avons parcouru une vingtaine de kilomètres de route secondaire pas très large, mais en fort bon état. Une petite ville à traverser, des enfants qui vont à l’école, des habitants sur leur pas de porte ou déjà dans le jardin, des parcelles maraîchères directement en bord de route sans clôture, tout est propre, plutôt moderne et en bon état, finalement assez proche de ce qu’on voit chez nous, y compris en niveau de vie. Les abords des villes sont surtout impressionnants, espaces verts très soignés, très pensés, très équipés pour la promenade, les loisirs, les enfants, on échappe encore ici aux zones commerciales systématiques qui uniformisent si tristement l’Europe. Bref, on est loin, très loin, de l’image si souvent propagée chez nous d’un peuple d’esclaves mené d’une main de fer par une nomenklatura. C’est du moins l’apparence que nous percevons, un pays prospère et moderne avec une population vivant presque comme chez nous au moins sur un plan « quantitatif ». On sera plus réservés sur les mégapoles où les forêts d’immeubles identiques font penser à de noirs films de science fiction.

Pour ce matin, nous traversons les montagnes jaunes, succession de tunnels autoroutiers, circulation clairsemée (ouf!), et de temps en temps, un fleuve, une ville, des collines plus douces couvertes de champs de thé aux petites (vu de loin!) boules sculptées dans le vert, plus bas des rizières, souvent des chaumes brûlés. L’autoroute, comme le reste, est très soigné ; la végétalisation des bords et du rail central est magnifique.

Et puis nous arrivons à Jingdezhen. Comme d’habitude, nous ne vous raconterons pas le pourquoi du comment de la porcelaine ici, Wiki le fait tellement mieux. Disons juste que la visite du musée en plusieurs bâtiments au milieu d’un grand parc est très agréable.

Nous partons vers 16h30 pour aller un peu plus loin dans un ancien quartier où se trouve l’ancien hôtel de ville. Pas de camping ici, mais nous avons été autorisés à stationner pour la nuit sur le parking de l’office de tourisme. Et ici, qui dit autorisé, dit reçu comme un hôte de marque, police coupant la circulation pour notre manœuvre, adjointe au maire, chef de la police, directeur du tourisme, guide, photo(s!), petit discours, visite guidée dans le jour qui tombe. Nous arriverons en toute fin de crépuscule à la salle de la mairie où une audience ancienne sera reconstituée par des acteurs et un plaignant finalement roué de coups de bâton, on se croirait chez Molière.

De retour aux camping-cars, des rallonges électriques et un tuyau d’eau ont été déployés. Nous partons dîner au restau d’en face, à nos frais pour une fois, 6€ par personne pour un excellent dîner ; nous commençons à jouer des baguettes sans trop de pertes. Mais en revenant aux camping-cars, nous découvrons qu’une patrouille de police veille sur notre sécurité et que les autorités sont revenues avec l’idée bien arrêtée de visiter les camping-cars, petit moment convivial et sympathique.

Publié dans Shangaï, voyage | Laisser un commentaire