Quel chantier !

Nuit pluvieuse, et venteuse, au moins la fin, réveillés vers 6h par une pluie … de pommes de pins ! C’est très bruyant … Mais l’eau s’est arrêtée peu après notre réveil et des coins de soleil se sont manifestés.
Donc 9h15, le tram et direction Oliwa, presqu’une heure avec un changement. Au Nord de Gdansk.
Mais qu’allions-nous chercher par là ? Oliwa ! une banlieue classique avec son lot de beaux bâtiments anciens, de vieilleries à l’abandon et de rutilants immeubles modernes sans parler de l’habituel nid de grues (pas cendrées, métalliques et hydrauliques). Et puis sa cathédrale, encore un mastodonte gothique en briques, mais caractérisé par son orgue, un des plus grands du monde, avec même des sortes d’automates (soleils tournants, joueurs de trompettes qui bougent, …) et surtout, chaque heure, un concert gratuit auquel plusieurs centaines de personnes se précipitent, surtout des masses de scolaires plus ou moins contrôlés par leurs enseignants. Le concert commence par la prière collective et dure une vingtaine de minutes, quelques « tubes » classiques, rien de très extraordinaire sur le plan musical, mais bon, c’est gratuit, à cheval donné, on ne regarde pas les dents (Denis F., si tu me lis …). Il y a aussi un joli parc autour ce qui ne gâche rien.

L’épisode suivant est en demi-teinte … D’abord, on s’est trompés en reprenant le tram, on est partis dans le mauvais sens et on ne s’en est aperçus qu’au terminus ; bah 10+10mn de perdues, ce n’est pas terrible. Nous nous sommes arrêtés ensuite au Solidarnosc Centrum, un centre culturel autour de Solidarnosc, précédé du monument aux morts des ouvriers du chantier naval tombés sous les balles lors des émeutes de 1970. Intéressant. Mais d’une part il s’est mis à pleuvoir et il commençait à se faire tard dans la matinée. Nous nous sommes réfugiés dans le « centrum », centre culturel très actif, mais peu adapté aux visiteurs étrangers, notamment sur le problème de la langue.

L’ondée passée, il devenait urgent de trouver à manger. Or les miracles ne se reproduisent pas tous les jours, sinon quel intérêt. Et donc, point de resto à notre goût ; d’abord point du tout, puis (marchons, marchons) que du fast food, du standard international, du sushi, du tapas, rien de polonais, puis du coup de bambou ; il a fallu en venir au geste sauveur international : la pizza ! Las, si celle-ci fut, disons le, excellente et de prix fort raisonnable, le temps d’attente supérieur à une heure fut un peu dur à vivre …
Un peu plus tard donc, nous cherchions ailleurs le dessert que nous avions renoncé à commander aux pseudos romains ; ce fut pour tomber sur des hordes scolaires bloquant les étals des pâtisseries et autres marchands de glaces ; faudrait interdire ça, les vieux ne sont plus les seuls à faire du tourisme, quel scandale !

Finalement, nous avons trouvé café glace et même une jolie maison à visiter ! Et puis plus loin, encore un tour sur l’autre rive, regarder la plus vieille grue d’Europe (oui, le machin en bois presque noir) sous le soleil retrouvé avant de regagner nos roulantes pénates.
Demain, on reprend une route qui n’est pas encore du retour, mais commence à s’en rapprocher ! Bonne nuit.

Cet article a été publié dans Allemagne 2017, voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s