Tiznit toujours ?

Oui, je sais, j’avais dit que je le ferais ce matin. Mais bon, c’est maintenant.

Longtemps je me suis couché de bonne heure (Marcel Proust). Mais pas levé bien tôt pour autant, enfin pas hier, ni ce matin d’ailleurs. Restons en à hier. Il faut dire d’abord qu’il avait plu assez fortement une grosse partie de la soirée, puis encore un peu vers 6h. La matinée, après une petite séance bricolage sur la poubelle qui avait des idées séparatistes, a passé vite, très vite, de façon assez sportive : vidage des eaux usées au seau (5 tours d’une bonne centaine de mètres -aller- avec un seau de 10 litres – oui, plein seulement à l’aller -), puis remplissage du réservoir d’eau propre avec le jerrycan de 10 litres (4 tours de 80 mètres aller-retour, avec arrêt de 8mn à chaque tour pour remplir le jerrycan en le tenant suspendu à bout de bras).

Au bout de ça, il était (déjà ?) temps de manger. Nous avions décidé de manger ensemble puisque nous sommes constamment exposés au même risque de contamination (très faible au Maroc avec une cinquantaine de cas hier). Quelques bras vaillants avaient dressé les tables. De bonnes âmes avaient commandé des poulets rôtis, d’autres avaient fait cuire des pommes de terre, notre belge avait tenu à faire des sauces et notre chef pâtissier s’est remis aux crèpes. C’était royal !

Au point que Robert, en fin de repas déclencha un feu d’artifice de sa fabrication. L’événement, en plein confinement, méritait une vidéo que vous pouvez voir ci-dessous :

Après déjeuner, on aurait pu croire que nous allions succomber à la sieste. Que nenni ! Sans préavis ni échappatoire, le démon du jeu prit possession du groupe (enfin une grosse part). Deux foyers se déclenchèrent simultanément : un foyer de Chromino et un de Mölkki. Les batailles firent rage jusque vers 18h, moment où le Chef (chaouen !) décida très arbitraiement de faire une réunion pour nous dire à peu près qu’il n’y avait rien de nouveau (n’en croyez pas un mot, ce n’est pas son genre et il passe bien trop de moments difficiles pour que je lui jette la pierre autrement que pour le faire rire) ; le vent frisquet et quelques nuages menaçants repoussèrent donc chacun chez soi et de fait, il a un peu plu encore vers 22h. En résumé, personnellement, nous n’avons pas mis un pied en dehors du camping de toute la journée.

Ce matin, lever vers 8h30, déjeuner, quelques échanges sur l’incertitude de notre situation, les ragots divers sur l’état du monde et autres sympathiques rencontres entre amis, puis nous sommes partis « dehors ». C’est drôle le poids que prend ce mot, vous devez, pauvres confinés, le sentir mieux que moi. « Dehors », il y a 2 mois, ce n’était rien, c’était juste le contraire de « dedans » ; aujourd’hui, c’est un mot qu’on prononce à voix basse avec un frisson sur la colonne vertébrale … oui, je sais, je lis trop de dystopies et d’ailleurs pour sentir sur votre échine ce que peut être « dehors », je ne saurais trop vous conseiller la lecture de Metro 2033, un extraordinaire roman qui vous prend aux trippes et vous permettre, quand vous le poserez chaque soir sur la table de nuit, de vraiment apprécier la chaleur douce de votre literie. Une fois « dehors » donc, où tout était à notre grande suprise à peu près normal, juste un peu dépeuplé, nous avons fait un petit tour chez les marchands du coin, en arborant sur le bas de notre visage un peu du chèche que nous avions entouré autour de notre cou pour montrer que nous ne crachions pas nos virus sans un minimum d’entrave. Pour être sincère … certains marocains affublés de même (mais avec plus de naturel et donc d’élégance) nous ont regardés avec sérieux (mais pas facile d’analyser un regard quand on ne voit que les yeux), mais le marchand de légumes et fruits a éclaté de rire … moment de solitude … Nous avons fini la matinée  visage à l’air en faisant un tour sur une partie de la ville non explorée, un très joli parc, derrière notre parking, on aperçoit les bahuts au fond derrière le mur sur une photo.

 Nous sommes rentrés peu après midi. Le chef revint peu après d’une opération « bibine » (approvisionnement collectif en « jus de raisin » marocain) et actionna aussitôt sa trompette. La musique était la même que d’habitude, mais les paroles ont changé. Alors voilà, la nouvelle du jour, on rentre. Je vous fais ça court parce que c’est encore imprécis ou indécis, je vous fais grâce des motivations et des avis, ce n’est pas le lieu d’en parler.  Cette nouvelle ne nous a pas empêchés de dévorer un délicieux couscous que le chef nous avait commandé au spécialiste local. Merci Chef.

Donc demain nous allons coucher à Marrakech. Je dis bien coucher, car il n’y aura bien sûr pas de tourisme. En principe après-demain dimanche, nous remontons jusqu’à Martil pour tenter de passer le détroit de Gibraltar lundi ou mardi. Puis ce sera l’Espagne peut-être encore plus vite qu’à l’aller et si tout va bien dans une semaine maxi nous serons chez nous.

Je pense que vous comprendrez que dans les jours qui viennent, il n’y aura pas de blog détaillé, je n’ai pas dit pas de blog du tout, je m’efforcerai sauf disette de connexion de mettre au moins quelques phrases pour dire où nous en sommes et comment ça évolue. J’en reste là pour ce soir, j’ai encore des trucs à ranger.

Cet article, publié dans Maroc, voyage, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Tiznit toujours ?

  1. Simon Marie dit :

    Bonsoir, j espère que vous allez pouvoir rentrer en France, sans encombre, ici on ne peut pas sortir de chez nous, sauf ravitaillement, sinon c est une amende. je suppose que vous avez une dérogation.Et l Espagne, qui a fermé ses frontières ?? Vous serez plus serein pour nous faire part de votre ressenti. Hâte d avoir la suite de votre aventure. Bon courage .

    J'aime

  2. Dumazy Lucille dit :

    Eh bien, c’est dommage, mais que de souvenirs, bonne route.

    J'aime

  3. xmarie dit :

    pour une aventure c’est une aventure! bon courage à tous

    Aimé par 1 personne

  4. Jarry dit :

    Bjr
    À 1 jour près moi et régis (ppi 2018) étions dans la même situation que vous !
    Bon courage pour cette situation !et bon retour
    Jacqueline et regis

    Aimé par 1 personne

  5. jarry dit :

    nous sommes partis fin janvier et sommes rentrés il y a 1 semaine!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s