Tinerhir-Merzouga, le récit !

iti 02-2929 février 2020, 200 km
Au programme :

Direction l’erg Chebbi et ses dunes orangées. Auparavant, visite d’un musée sur l’évolution de la culture marocaine au travers des siècles. Nuit en camping.

Le récit de la journée :

Il fallait bien que ça arrive ! A force d’apéros, de restos, de levers matinaux, de courses folles vers le sud, à force, à force … il fallait bien qu’on finisse sur le sable !!! Et à force de festivités et de temps consommé, il fallait bien qu’on vous néglige un soir, c’est fait, vous n’avez eu hier soir que le service minimum, la petite page préfabriquée avant le départ et programmée pour le soir à 11h, comme ça, vous connaissez le système, ça marche tous les jours. Pourquoi rien hier soir ? Parce qu’après la route, les visites, le briefing, l’apéro, le dîner, la perspective de se lever ce matin à 6h nous a mis au lit au lieu de vous faire la causette, d’autant que ce matin, nous savions que nous aurions le temps. Et puis après tout, le 29 février, vous n’aviez qu’une chance sur quatre de l’avoir, alors ne vous plaignez pas. Donc voilà la journée d’hier et pour celle d’aujourd’hui, il faudra attendre ce soir …

Nous sommes partis avant 9h pour ces 200 km faciles, mais assez riches. Le premier arrêt fut pour le musée des sources de Lalla Mimouna. Zaïd, qui l’a créé est un artiste passionné et passionnant, un doux rêveur qui cite Saint Exupéry toutes les trois phrases. Il est bien connu de tous les guides et il vaut vraiment le détour.

Nous faisons ensuite quelques photos pour vous faire voir un petit truc qu’on aime bien : les écoles, collèges, … se reconnaissent ici à leur façades décorées de couleurs pastels, c’est très mignon.

Le deuxième arrêt nous a permis de découvrir l’ancien système de distribution d’eau appelé  « khettaras » ou « qanat« ; un peu analogue, pour ceux qui nous suivent depuis quelque temps, au Karez vu en Asie Centrale, il fait circuler l’eau dans les 65 km de tunnels souterrains (dans lesquels ont peut marcher quand il n’y a pas d’eau) auxquels chaque famille accède par un puits qui lui permet de disposer de l’eau. Datant du XIème siècle, il est à sec depuis 200 ans.

Le dernier arrêt se fait à Erfoud où nous visitons une entreprise qui travaille la pierre à fossiles. Extraites de carrières proches, les blocs sont découpés en feuille ou autres morceaux et mis en forme pour révéler les fossiles inclus. C’est très beau.

Nous arrivons finalement à Merzouga vers 17h, accueil au thé, discussions, briefing … mais j’ai déjà dit tout ça. Mais la vue, wouahou !

A ce soir  pour aujourd’hui (je sais pas si c’est bien clair ça …).

20200229_175012

Et demain ?

Départ matinal à dos de dromadaire pour profiter du lever du soleil sur l’erg et prendre le petit déjeuner au pied de dunes gigantesques. Après-midi libre.

 

Cet article, publié dans Maroc, voyage, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tinerhir-Merzouga, le récit !

  1. ncrouzevia dit :

    🤩 ses photos du désert… impressionnantes…..

    J'aime

  2. PHILIPPE DUBOIS dit :

    magnifique

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s