Khiva Nukus 190 km

26 août 2018, au programme :

Etape de liaison de Khiva à Nukus

Le récit de la journée :

Alors notre guide, Roustame, avait dit « route pas terrible » ; dans un sens comme dans l’autre c’était vrai, elle était « moins pire » qu’avant hier, mais pas merveilleuse quand même ; sa principale qualité était surtout d’être courte !

Mais n’allons pas trop vite. Nous vous avons laissé hier soir parce que des activités festives nous attendaient. Après l’apéro d’anniversaire de Charles et Marc, nous prenions le bus pour aller au resto où la soirée commençait par un petit, mais charmant spectacle folklorique, surprise non prévue. Après cet intermède et un joli dîner, la deuxième surprise arriva, le gâteau d’anniversaire ; une bien belle soirée. (remarque, le mec tout flou sur la photo du gâteau, c’est Roustame, flou inévitable, il est trop rapide !)

Pour ce qui est d’aujourd’hui, un petit point de détail ; les fils ! Ce n’est pas pour affirmer le label « route de la soie » que nous mettons tant de fils sur les photos, mais parce que, surtout sur le bord des routes, c’est toujours plein de fils, et qu’en plus, ils sont toujours du côté qu’on veut photographier … Quand on vous dit qu’on n’a pas la vie facile !!! Maintenant, s’il y a un virtuose Photoshop qui adore enlever les fils des photos, je serai enchanté de faire sa connaissance !

Un autre sujet que nous avons déjà abordés, les micro bus que j’ai baptisés « mouches » ; aujourd’hui, on a fait un petit dossier photos à leur sujet :

Il y en a déjà pas mal ce matin ; ah la robe rouge a trouvé une place.

DSC03757

Au carrefour suivant, il y a de la concurrence sur la gauche

DSC03760

On frôle la paralysie, et là, il faut s’accrocher, parce que attendre gentiment que ça se décante, vous y êtes encore demain ; allez, on s’impose !

Finalement, on sort de ville et on repasse le noble Amou Daria, c’est toujours aussi beau.

Ensuite, un train, et la gare

Sur le bord de la route, un joli lotissement comme on en voit beaucoup, des bordures béton sans doute « prudentes », trois charettes à âne, oui 3, la troisième (et son âne) conduite par le p’tit gars en tee shirt rayé rouge est sous le tas d’herbe qu’elle transporte.

Et puis la pailotte et ses melons (le tuyau bleu, c’est l’irrigation), les travailleurs dans les champs (oui, sous les fils), le tuyau jaune du gaz et la rencontre avec une vénérable monture !

Mais nous avons à nouveau atteint le désert; sur notre droite les sables de couleurs, à gauche, le ruban vert des cultures rayé de beige par l’Amou Daria qui les nourrit.

Demain, nous allons jusqu’à un bivouac proche de la frontière Kazakhe, plus de 400 km ; il y a de fortes chances qu’on ne puisse pas communiquer, ça peut même durer jusqu’à notre retour en Russie, soit le 30 août, merci de votre patience !

Cet article, publié dans paris-pékin, ppi2018, voyage, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Khiva Nukus 190 km

  1. Peltiers dit :

    Hier ,j,ai oublie l,essentiel : grâce à vous, nous avons revisite Khiva avec bonheur !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s