Terelj 0 km

12-0713 Juillet 2018, au programme :

Journée libre au Terelj.

Distance parcourue ce soir depuis Paris : 10470 km

Le récit de la journée :

Aujourd’hui, une journée un peu différente !
D’abord, il fait un temps magnifique, enfin, un gros nuage au réveil, mais au moment où nous décidons de faire la photo de « famille », le projecteur s’allume et ne nous quittera plus de la journée.

Ensuite la forme de la journée est nouvelle : nous partons en balade pas très loin et nous avons donc décidé de prendre les camping-cars parce qu’un peu fatigués des bus, mais de le faire en covoiturage ; à l’apéro d’hier, les équipes se sont constituées très rapidement. Nous formons deux groupes conduits chacun par un 4×4 avec interprètes et nous partons à 30 mn d’écart pour le site de la Cravache d’Or. Une grosse vingtaine de kilomètres de routes pour une fois tout à fait correctes nous conduisent à destination ; nous passons près de 2 heures à admirer le paysage alentour et la statue, écouter les explications, puis visiter le petit musée et grimper dans la tête du cheval, vue extraordinaire … Nous remarquons notamment la botte record et la vielle à tête de cheval, instrument typique de Mongolie

Nous repartons pour trouver un endroit de pique nique ; c’est assez simple ici vu qu’il n’y a pas de propriété privée de la terre ; il suffit donc de quitter la route par une piste compatible avec nos véhicules, et de s’arrêter où on a envie. Une grosse heure plus tard, nous reprenons la piste pour accéder à une exploitation d’élevage : troupeau mixte de moutons, chèvres, dont chèvres cachemire, chevaux, environ 800 têtes de bétail. Les yourtes de cette famille « moyenne » sont équipées de panneaux, solaires, parabole, TV, téléphone. Nous arrivons quelques minutes trop tard pour assister au brossage des chèvres qui fournit le cachemire, mais nous assistons à une dégustation de produits laitiers dont certains sont tout à fait comparables aux nôtres (yaourt) et d’autres plus … surprenants (lait de jument fermenté). Nous admirons ensuite la traite des juments.

Nous repartons vers 17h pour rentrer à temps au campement ; en effet, nous avons droit à un spectacle traditionnel, musique, chant, dont le célèbre chant diphonique où le chanteur produit deux notes à la fois, danse et un petit numéro de contorsionniste. Après l’apéro offert par notre guide Unur, les ombres s’allongent sur la steppe quand nous entrons au restaurant pour un dîner traditionnel à base mouton et légumes cuits à l’étouffé. Dans la tradition mongole, on mange énormément de viande, mais pas les bébés, donc pas d’agneau, pas de veau, pas de poulain ! Pour la nuit, nous reprenons possession de nos camping-cars délaissés hier soir au profit des yourtes.

Et demain, journée libre au Terelj.

Cet article, publié dans paris-pékin, ppi2018, voyage, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Terelj 0 km

  1. Jacques Escoubet dit :

    « On mange énormément de viande mais pas les bébés » ! Heureusement !
    Farceur va !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s