Commencer avant le début

27 mai

De bon matin, , nos touristes partent à l’attaque de la première ville bulgare à découvrir, avec en plus l’idée de résoudre quelques soucis concrets comme change et approvisionnement.

bassecourLe camping, minuscule mais sympa, se trouvant à l’extérieur de la ville, nous partons sac à dos et plein d’entrain pour un bon gros kilomètre. Le temps est assez gris, mais clair, ce qui nous permet d’admirer le paysage montagneux de grès rouge.

En effet, cette région se caractérise par la présence de gros rochers roses en grès très torturés par l’érosion. Les formes sont multiples et décorent joliment les forêts. Les habitants du lieu ont même imaginé en plus de leur donner des noms selon leur forme, de les utiliser en forteresse.

Sur le haut de la ville, trois enceinDSC03648tes successives appuyées sur les rochers permettraient de défendre l’emplacement. Plusieurs escaliers donnent la possibilité de monter au sommet, ce qui donne bien sûr, outre un réchauffement musculaire intense, un point de vue panoramique impressionnant.

 

DSC03656 DSC03657

Après notre escalade, nous prenons la route de Sofia (200 km) en passant par les gorges de l’Iskar où les rochers sont plus calcaires. La balade est gâchée par une grosse pluie et rendue délicate par de nombreux cailloux, voire rochers descendus sur la route. Nous apprendrons plus tard que d’autres voyageurs du groupe, passés quelques heures plus tard, verront atterrir sur leur camping-car, non pas un caillou heureusement, mais un seau de béton frais ; ça se soigne, mais c’est du boulot et il ne faut pas traîner.

La sortie des gorges débouche pratiquement sur la route qui forme rocade autour de Sofia. En arrivant à 500m de notre camping, nous découvrons 3 camping-cars garés à contresens ; nous comprenons vite qu’il s’agit de membres du groupe totalement perdus, qui sont heureux de nous voir arriver, ce qui est un peu miraculeux, puisque décidé sans raison évidente 2h plus tôt ! Nous finissons de rejoindre la sorte de guinguette qui nous tient lieu de camping, pour voir un membre du groupe déjà arrivé et installé, et un autre encore qui arrivera une heure après. Nous avons donc réuni 5 membres du groupe 24h à l’avance plus nous et plus George qui a été alerté par le maître des lieux. La raison principale est le mauvais temps, certains arrivent de France par le nord au prix d’une semaine de pluie ininterrompue.

Nous faisons connaissance et George offre un « apéro bulgare » (Rakia), eau de vie chaude enrichie de miel qui ramène du soleil sur les visages !

Cet article a été publié dans Bulgarie 2015. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s