01-10 marcher en Provence

Finalement, nous avons décidé de poursuivre un peu la route en fin d’après-midi et nous sommes arrivés à la nuit tombante à Saint Rémy de Provence.

Un parking tranquille auprès du cimetière avec quelques autres camping-cars nous a accueillis.

L’avantage est que nous avons pu aller visiter la ville au petit matin (presque 10 heures !).

Ce fut un moment très agréable et nous avons été touchés par le charme de cette petite cité bien entretenue. En plus, au retour, une très belle boucherie artisanale nous a permis quelques emplettes.

Et puis nous sommes allé jusqu’au site archéologique et au célèbre arc de triomphe, toujours magnifique, avant d’aller visiter l’institution où Van Gogh a été soigné.

Après déjeuner, nous allons jusqu’à Beaucaire dont Daudet conta la diligence. Comme disent les agents immobilier, c’est une ville qui a du potentiel, ce qui veut dire qu’il reste du boulot ! Un élu (enfin peut-être) croisé en ville nous a expliqué que ça date des années 60 où la ville a loupé le plan Malraux. Peut-être.

Il est pour autant tout à fait intéressant de savoir ce que fut pendant des siècles la foire de Beaucaire, et cette ville, cachée derrière les remparts qui ne la protègent plus aujourd’hui du château de Tarascon en face mais surtout des caprices du Rhône, mérite bien un arrêt.

Publié dans Non classé

30-09 PPI for ever

Aprèd avoir vu d’autres lumières sur la tour Taradelet sa chapelle, nous continuons notre traversée de l’arrière Provence jusqu’à Orgon où nous attendent nos amis Josiane et Dieter, des anciens du PPI 2018.

Retrouvailles chaleureuses, déjeuner bavard, puis, alors qu’une sieste serait la bienvenue, ils nous entraînent visiter leur village, mais d’abord la colline qui le surmonte d’où l’on voit notamment le Mont Ventoux ; ouf, c’est haut, bien dans le ton de notre voyage ! Et c’est beau.

Publié dans Non classé

29-09 Traversée

Il est à peine 8h lorsque le ferry quitte le quai d’Ajaccio. Les vues sur la ville sont encore plus belles depuis la mer.

Un peu plus loin, les îles Sanguinaires se sont parées d’un nuage qui semble les unir.

Puis, quelques heures plus tard d’une traversée tranquille, nous découvrons la côte niçoise et un tout petit port dédié au ferry au bord duquel les restaurants plongent dans le mer sans vergogne … et sans respect de la loi littoral.

Arrivés à Nice vers 13h30, nous avons une petite faim. Nous avons repéré un parking accessible aux camping-cars au dessus du port. Hélas, la montée s’avère impossible, voie trop étroite, voitures mal garées, pire que la Sardaigne, il faut redescendre 500m en marche arrière et à plus de 14h, nous avons toujours le ventre vide ; ambiance ..

.Capitulation, sortie de cette ville si peu accueillante, un parking de super marché nous sert de salle à manger, un vigile vient nous demander de ne pas traîner, pas top.

Nous pénétrons dans l’arrière pays pour arriver en soirée à Tarradeau où le parking de la Tour du Taradel nous offre un panorama à la mesure du voyage passé pour une nuit tranquille.

Publié dans Non classé

28-09 Napo-City

Avant de quitter la Corse, quand même, nous allons consacrer une journée à la visite de cette ville tout entière consacrée au culte du fils prodige.

La visite est sympa, mais un peu décevante quand même, rien de bien extraordinaire, même si la rencontre imprévue de nos amis Catherine et Gérard, et un repas au resto assez réussi (sans parler d’un dernier bain) nous ont laissé un très agréable souvenir.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

27-09 Vers la fin

Il faut bien s’y résoudre … La matinée est largement passée à des papotages familiaux avant le départ.

Nous prenons la route d’Ajaccio et choisissons bien sûr la version « par la mer ». Ce n’est sans doute pas très raisonnable, la route n’est souvent pas beaucoup plus large que le camping-car, mais la circulation est presque inexistante et tout se passe globalement sans encombre.

Nous commençons par un arrêt à Sartène. Même si je n’apprécie pas beaucoup l’esthétique des maisons corses, gros parallélépipèdes massifs et sans fantaisie, faits de moellons tous identiques, la ville ne manque pas de charme. Un grand parking nous accueille pour déjeuner et nous partons ensuite visiter la petite ville. Sympa.

Nous finissons tranquillement la route jusqu’à Ajaccio, point final de nos balades insulaires. Longue traversée de la ville pour atteindre le camping, tout près de la mer. Il nous reste un peu de temps pour goûter la plage où certains sont bien installés avec de quoi survivre un peu !

 

Publié dans Non classé

26-09 un peu de calme

Bonjour, surpris de nous voir ici et aujourd’hui ? Nous avons un peu honte, depuis notre retour, presque deux mois, nous n’avons pas tenu nos promesses de raconter la fin du voyage. Finalement, elle arrive, une page par jour à partir d’aujourd’hui si tout va bien. Et A la fin, on vous promet une autre surprise !!!

Donc nous en étionds aux quelques jours passés en Corse chez la soeur d’Anne. Le 26/09, la frangine ayant besoin de sa voiture, pas de grande expédition comme le 24 et le 25, mais dès l’aube (8h15 !), elle nous emmène faire le sentier des Bruzzi. Jolie balade de plus de deux heures, assez accidentée, au milieu d’une jolie nature qui conduit jusqu’au bord de la mer, jolie lumière, moments de grâce. Le site a des airs de famille avec le Capo d’Orso sarde, on voit bien que ces deux là (les îles) sont soeurs (aussi).

Le reste de la journée est occupé à ne pas faire grand chose (rangement, blog, sieste, …), un peu de calme nous fait du bien. Mais en fin d’aprem, Bernadette nous emmène voir le (presque) coucher du soleil au port de Figari.

Publié dans Non classé

Deux pour le prix d’un

Bonsoir. Oui, nous vous avons négligés ces derniers jours, pardon, nous avons privilégié la famille et les amis. Mais ce matin, on se rattrape, deux jours de balade en Corse pour le prix d’un.

D’abord avant hier mardi, la gentille petite soeur et son mari nous prêtent leur voiture pour qu’on  puisse se balader, le camping-car est au repos dans leur jardin. Donc hier, nous sommes revenus voir de plus près Bonifacio. Garés à l’entrée de la ville, nous arrivons à pied au bout du port. La ville haute fortifiée nous défie, il va falloir monter là haut, mais heureusement, la garnison dort … Nous longeons le port et ses boutiques en grignotant notre fougasse, avant d’affronter la montée Saint Roch, dur morceau, prenons notre temps. A environ mi-chemin nous découvrons la vue sur la mer et la Sardaigne au loin …

Nous passons sous la porte de Gênes et regardons la mer encore depuis les terrasses, quel spectacle ! Puis nous revenons sur l’intérieur de la ville, l’église Sainte Marie Majeure et sa loggia devant laquelle nous prenons une glace et un café, la rue Doria, nous ressortons de l’autre côté, vues plongeantes sur le goulet, le ferry qui nous a amenés hier.

Nous allons jusqu’au cimetière marin, encore de belles envolées lumineuses. Au retour, nous passons par la rue des deux empereurs où par un curieux hasard, Charles Quint empereur et Napoléon Bonaparte qui n’était alors qu’un jeune homme ont séjourné dans deux maisons qui se font face. Au passage nous regardons avec curiosité les escaliers vertigineux qui permettent d’accéder aux étages des maisons, sorte de survivance des échelles que l’on retirait le soir pour être tranquille chez soi.

Revenus au port, nous regrettons tout de même ce que le mercantilisme en a fait : l joli « fjord » est rempli d’une forêt d’aluminium, tout autour, des vérandas comerciales ont poussé au pied de chaque maison, et comme ça ne suffisait pas, on en a construit une seconde ligne homogène sur le bord du quai qu’il a fallu alors élargir d’une promenade en bois suspendue sur l’eau ; entre les deux vérandas, où l’on ne voit plus ni l’eau, ni les maisons, mais seulement un ruban de ciel, le sol pavé et les vérandas, on se croirait sur un quai de gare avec les deux trains rangés de chaque côté, quel dommage !

DSC05730

Revenus « à la maison », la gentille soeur propose d’aller voir la plage de la Tonnara ; dans le soleil qui décline sur la mer excitée par le vent, ce sont de bien jolies couleurs pour cette fin d’après-midi.

Mercredi 25, nous repartons en voiture direction la montagne. Mais d’abord un arrêt à Porto Vecchio ; petite balade dans la citadelle, aucun rapport avec la veille, mais c’est un moment sympathique quand même.

A nouveau l’assaut des cimes, des trouées vers le golfe de Porto Vecchio, et au delà jusqu’à la Sardaigne. La route va vers le col puis le lac de l’Ospedale, nous continuons vers Zonza pour la pause café/glace avant de monter jusqu’au col de Bavella à plus de 1200m, ses aiguilles et Notre Dame des Neiges. Il fait là-haut, dans un vent déjanté, une fraîcheur dissuasive et notre séjour est de courte durée.

Nous redescendons sur San Gavino di Carbini et sa charmante église toute simple par l’hyppodrome de Viseo, le plus haut d’Europe, puis Levie et Carbini ; on retrouver plus loin les vues sur Porto Vecchio avant de rentrer peu avant 18h.

Et aujourd’hui ? Eh, oh, laissez nous finir la journée …

Publié dans Non classé