Session de rattrapage : 26, 27, 28/7

26 juillet : de Shaolin à Xi’an

A Shaolin comme ailleurs comme ailleurs en Chine, la journée commence souvent par une séance de Taïchi. A Shaolin, comme ailleurs en Chine, la journée des chauffeurs routiers commence comme la nuit a fini, et même s’est déroulée d’un bout à l’autre, en klaxonnant comme des forcenés ; dure nuit, chaleur, bruit, lumière …
Nous sommes finalement contents de reprendre la route. Beaucoup d’eau au programme, et le Fleuve Jaune, tout un symbole, et des lignes du TGV Chinois, autre symbole, pas réussi à faire de photo, on se contente d’un train de marchandise … Les tours et les montagnes annoncent l’arrivée à Xi’an l’immense métropole, longtemps capitale de l’empire du Milieu. Mais c’est encore l’eau, un énorme orage, qui fait office de comité d’accueil, beaucoup d’eau et une baisse de température de 10°, ouf!

27 juillet : Xi’an

Plus de poids lourds, plus de klaxon, nuit magique dans un site magnifique et une température supportable (27 dans le camping-car). Mais à 5h30 (vous avez bien lu) un maniaque du fouet et un stakhanoviste du Jokari (mais si !) démarrent leur entraînement, adieu rêves matinaux, le rythme obsédant de leurs coups tue toute idée de bercement.
Debout donc (6h30), la journée est longue, on embarque dans le bus à 8h30, en direction du site de la fabuleuse armée de terre cuite ; le voyage (1h) est occupé par une passionnante présentation de Xian et de la Chine par notre guide du jour, puis nous apportons notre petite goutte à l’immense foule qui s’y presse, il faut un peu jouer des coudes, explications encore, rendez-vous et entrée dans l’immense halle, le même coup de coeur qu’il y a 8 ans, les mêmes photos peut-être, mais comment résister ! Après trois heures de visite des différents sites et le déjeuner sur place, c’est l’inévitable passage par la boutique, puis le retour au bus.

Nous faisons un arrêt à une boutique de jade, explications, présentation, c’est beau, c’est cher ! Nous nous rendons ensuite à la pagode de l’oie sauvage devant laquelle veille la statue du sage Xuanzang, le premier explorateur de la route de la soie.

Nous repartons ensuite pour aller dîner de spécialités locales : les raviolis aux goûts et formes divers et variés, puis un spectacle dit traditionnel un peu « touristique » que je n’ai pas beaucoup apprécié. Cette longue, longue et belle journée se termine par une visite promenade sur les remparts de Xian et nous rentrons peu après 22h pour nous coucher rapidement sans attendre l’éclipse de lune et essayer de dormir dans la chaleur avant que le fouet et le jokari reviennent.

28 juillet  : de Xi’an à Pingliang

Ce matin, c’est branle bas de combat ! Non, nous n’avons pas décidé de régler son compte au fouetteur, mais la Mairie de Xian, qui nous héberge, a décidé de rebaptiser le voyage et d’en fixer le départ ici ; c’est donc le jour du départ du Voyage des camping-caristes français sur la Route de la Soie.
Donc dès 6h, le personnel municipal aménage la scène installée la veille, les danseuses s’échauffent, on règle les micros, on teste la sono, on dispose les chaises et vers 9h tout est prêt ; il y a un discours introductif (traduit), puis danseuses et tambours, puis discours des personnalités dont le « vice-président » de la FFCC, ah oui, c’est moi, il fallait bien que ça arrive. Des âmes charitables m’ont dit que mon discours était pas mal, ma chérie, fascinée n’a pas réussi à en faire une photo propre, et moi, ben j’ai oublié l’interprète et tout fait d’une traite, ce qui m’a valu de le lui refaire hors micro pour qu’elle puisse traduire ; ferai mieux la prochaine fois, c’est bientôt paraît-il.

Allez, en route ! une route sans histoire qui s’élève doucement, d’abord sous un temps gris très brumeux, puis les paysages se dégagent un peu, le Fleuve Jaune, majestueux semble être le maître des lieux. Il a taillé dans le loess une énorme vallée, coupée de canyons surprenants. La route, enfin l’autoroute, est assez encombrée d’énormes camions aux charges improbables. Mais nous arrivons sans encombre à Pingliang, sous les arbres, par un temps frais, à peine 27, le luxe !

 

 

Cet article, publié dans paris-pékin, ppi2018, voyage, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s