maison !

Et voilà, c’est la fin, la fin du voyage, la fin du rêve.

Oh, il n’y a rien de triste là-dedans, la fin d’une histoire, d’un projet, a toujours été pour nous le début d’un autre et ce ne sont pas les idées qui manque, mais chuuut … il faut que ça mûrisse d’abord !

Voyons rapidement comment celle-ci finit.

Nous vous avons quittés à Belgrade. Le lendemain matin, en route pour le marathon de retour, toujours plus à l’ouest, en bon Professeur Tournesol ! Où serons-nous ce soir ? on verra bien. L’autoroute serbe déroule ses kilomètres sous les roues ; puis le bitume croate lui succède ; on liquide les kunas qui restaient du voyage aller ; puis on entre en Slovénie après avoir acquitté la vignette. La journée est bien avancée.

Là, il faut dire que nous avons un truc bien pratique sur le téléphone ; ça s’appelle park4night (pub gratuite pour une application gratuite) ; quand on est quelque part (ou quand on rêve d’y être), on demande à l’appli de chercher autour et elle montre sur la partie de carte visible les différents parkings, campings, aires, … connus. Le système est coopératif, donc chacun peut mettre des notes, des commentaires et les consulter. Nous l’avons déjà utilisée à l’aller, notamment pour trouver l’aire du col de Cabres, de Brescia, etc …

Bref on demande ce qu’on peut faire dans ce bout de Slovénie au ras de l’Italie et Park4Night nous envoie à Zalosce. C’est entre l’aire et le camping, niché dans le vignoble ; il y a 10 places, un très beau resto, paraît-il très bon, mais trop fatigués pour ça, une petite piscine, des sanitaires, de l’électricité, du Wifi ; c’est un peu cher (10€ par personne), mais tout est compris, et même LA dégustation de vin, trois crus servis (largement) avec le sourire ; on revient au camping-car un peu pompette, mais heureux ! Attention les gros (CC), l’accès est un peu au chausse pied. Surprise, nous découvrons dans les commentaires celui d’un certain jean-louis.mouch qui pourrait bien être nos vieux copains du Paris-Pékin et du voyage de 2012 Annie et Jean-Louis ; après échange de messages, c’était bien eux, à 4 jours près on se trouvait ensemble ici ; sympa et rigolo.

DSC04206 DSC04205

Le lendemain 19 juin,le challenge est de traverser l’Italie les yeux et surtout le réservoir fermés. Car si les autoroutes sont abordables (60€ en CCar d’est en ouest), son carburant est dissuasif (minimum 1€60, contre 1€22 en Slovénie) ; nous nous lançons dans la traversée.

De la Slovénie jusqu’à hauteur de Venise, c’est à peu près calme ; mais ensuite et jusqu’à Brescia, c’est l’enfer, on frise la saturation en permanence, la voie de droite est entièrement occupée par des poids lourds ; peu de fous du volant néanmoins. A Brescia, nous quittons la direction Milan comme à l’aller, pour passer en dessous par Alessandria, ouf, c’est plus calme.

En fin d’après midi, nous faisons un petit arrêt à Susa avant de monter à Montgenêvre. Il faut tout de même mettre quelques litres de fuel italien pour ne pas être surpris dans la montée. Nous retrouvons l’aire de Montgenêvre, moins chargée qu’en hiver ; la lumière est magnifique et la température fraîche reposante.

DSC04212 DSC04208

20 juin ; nous avons décidé de rentrer comme nous sommes partis en flânant un peu dans le massif central ; de toute façon,c’est un peu dur de rentrer en un jour, alors pourquoi pas 2 jours tranquilles ?

Commençons par descendre de notre perchoir alpestre ; mauvaise surprise : la route de Grenoble par le Lautaret est coupée ; il faut passer soit par Die/Valence, soit par la route Napoléon.

DSC04214

Nous choisissons cette dernière option, il y a longtemps que nous n’avons pas fait cette route ; la dernière fois c’était en 2013, sur et sous la neige, 4 h avec les chaînes sans rien voir, souvenir à gommer d’urgence ! C’est une route magnifique, évidemment pas super roulante, mais quels beaux paysages ! Elle se termine avec la côte de Laffrey, une descente interminable à 12% qui a tué tant de fois. Nous l’abordons tranquilles, boite auto bloquée en seconde, ça descend tout seul à 2500 tours, 35 km/h, on est pas là pour faire une perf !

C’est impressionnant ensuite de voir comment on passe des Alpes au Massif Central ; on se retrouve brusquement sur le Rhône et on remonte ! Direction Annonay, c’est beaucoup plus facile que itinéraire Aller ; arrêt à Fix pour refaire les stocks de charcuterie, puis park4night nous conseille Montpeyroux entre Issoire et Clermont. Une petit aire gratuite toute simple (parking avec borne), mais l’arrêt idéal pour la nuit, vue imprenable sur la chaîne des Puys, et en prime un très joli village que nous visitons après dîner.

IMG_20150620_220442 IMG_20150620_220102

DSC04215

Le lendemain 21 relève de la routine : Clermont, Montluçon, Poitiers, nous sommes sur nos terres, nous avons si souvent parcouru ces belles routes ! Arrivée peu avant 14h à la maison, ventre vide, mais avec le plein de souvenirs !

Alors on va s’arrêter là pour le récit du voyage ; d’ici quelques temps viendra sûrement un article de bilan.

Si vous souhaitez avoir une autre lecture de ce voyage, celle de voyageurs « normaux », allez voir le blog de Arlette et Bernard.

A bientôt

Anne&Gil

Cet article a été publié dans Bulgarie 2015, voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s